Congo : rappel à la mémoire collective du triptyque Unité-Travail-Progrès

29/11/2018

Brazzaville, 29 novembre (CONGO-SITE) – La célébration du 60ème anniversaire de la proclamation de la République du Congo, le 28 novembre 2018, a été l’occasion de faire une évocation exaltant le triptyque Unité-Travail-Progrès.

A Brazzaville, place de la République, le gouvernement, par la voix du vice-premier ministre, chargé de la Fonction publique, de la réforme de l’Etat, du travail et de la sécurité sociale, Firmin Ayessa, a exalté le triptyque Unité-Travail-progrès, qui constitue les valeurs cardinales de la République du Congo.

«L’Unité c’est l’expression du ralliement national. Le progrès, celle qui nous mène vers les buts de nos espérances communes. Il ne nous est pas possible de gravir les marches du progrès sans le travail de chacun et de tous», a-t-il dit.

Considérant le travail comme la conséquence de l’unité des Congolais et la condition sine qua none du progrès, Firmin Ayessa, a jugé normal que la célébration de la proclamation de la République du Congo soit, encore cette année, placée sous le thème du travail, abordé «sous l’angle de sa faculté à  promouvoir le vivre ensemble et à cimenter l’unité nationale».

Le vice-premier ministre a rappelé que depuis 60 ans, la communauté nationale se construit et se développe grâce à la façon dont, ensemble, les Congolaises et les Congolais organisent leur travail et par les relations concrètes et l’indépendance que le travail génère.

 Congo : rappel à la mémoire collective du triptyque Unité-Travail-Progrès
A cet effet, il a rendu hommage des plus mérités à tous les Congolais, qui par leur dévouement et abnégation, n’ont pas pu trahir la promesse de la République, celle de rassembler le peuple congolais autour des valeurs d’unité, de travail et de progrès, et qui les éloigne de l’ethnocentrisme, du fanatisme, du messianisme, de l’intolérance qui n’auront jamais raison de la République.

Ainsi, certains compatriotes qui se sont distingués par leur travail ont été couronnés par le Président de la République. Parmi lesquels le professeur Théophile Obenga, ancien ministre de la République et grand intellectuel de renommée mondiale, au grade de grand officier dans l’ordre du mérite congolais ; Jonas Bahamboula Mbemba Tostao, âgé de 69 ans, ancien Diables Rouges, champion d’Afrique 1972, couronné comme Commandeur dans l’ordre du mérite sportif ; Mme Stéphanie Gertrude Mouaya, désormais commandeur dans l’ordre du mérite congolais. Elle a exhorté les femmes congolaises de se tenir  et de se mettre debout  pour travailler pour la République, d’abord pour la République.

Il y a eu aussi Martin Wassis, hissé au grade d’officier dans l’ordre du dévouement congolais. Il a dit que le Tryptique unité-travail-progrès, constitue les  trois valeurs qui sont les bases essentielles de la République et que le Congo n’avait tout son sens que dans le travail, le travail seul et toujours le travail.

L’un des moments forts de la cérémonie était la remise par Prinscillat Raissa Bakala, née le 28 novembre 2017, de quelques notes appelant à la prise des consciences des Congolais pour ces moments de morosité économique, à son grand père Eckondza Ndongo, âgé de 60 ans.

Face à la crise, il a demandé aux Congolais de « faire montre d’initiatives».